Intro au matos !

Share Button

J’entame ici une série d’articles qui seront consacrés au matériel emporté lors de mon pèlerinage. Je ne prétends pas être un randonneur aguerri, mais lors de ma préparation, j’ai eu l’occasion de bien me renseigner, et le temps de tester différentes options. Ce sont mes choix, que je n’ai jamais regrettés tout au long de mon périple. Mais les avis des uns ne seront pas forcément ceux des autres, et tout est sujet à discussion. C’est pourquoi la porte reste bien entendu ouverte à vos suggestions et à vos critiques constructives.


Lorsque on se prépare pour une rando itinérante, il convient d’apporter une attention toute particulière au matériel. Il constituera votre vie le temps d’un voyage, tour à tour garde-robe, garde-manger, salle de bain, pharmacie, ou encore chambre à coucher. A moins de vous équiper, au dernier moment ou en cours de route, à grand renfort de frais en cas de manquement, il est donc nécessaire de penser à tout ce dont vous aurez besoin, tout en gardant à l’esprit que tout ce que vous emporterez devra être porté.

Les premières questions à se poser sont bien entendu les conditions dans lesquelles vous allez marcher: pays, relief, durée et distance. Il faut ensuite connaître la saison et les risques météos que vous pourriez rencontrer. Un sac hiver sera forcément plus lourd qu’un sac été, mais vous n’aurez pas besoin de crème solaire, par exemple. Pour finir, il faudra se renseigner sur les possibilités de logement qui s’offriront à vous. Ces premiers critères vous permettront de définir au mieux vos besoins: vêtements, chaussures, tente, sac de couchage, autonomie vivre et eau, etc.

Une fois cette première liste établie, vous devrez alors déterminer avec précision l’utilité de chaque chose. Pour ce faire, une règle de base largement appliquée est la suivante: à partir du moment où vous vous dites On ne sait jamais, ne  prenez pas ! Même si il y a des indispensables qu’il vous faudra quand même prévoir, cette simple loi allègera considérablement votre liste.

Vous avez ainsi constitué l’indispensable. A ce package de base,  n’oubliez pas votre trousse de toilette, une pharmacie minimaliste, et quelques accessoires dont chacun jugera de l’utilité et/ou de la nécessité: une lampe de poche, un couteau, une tasse, des couverts, un réchaud, ainsi qu’une foule de petites choses auxquelles vous seul aurez pensé. Mais n’oubliez jamais que chaque gramme compte ! Nous aurons l’occasion d’y revenir…

Enfin, la panoplie du parfait petit randonneur/pèlerin se clôturera avec les guides indispensables, un appareil photo, quelques pinces à linge, un morceau de ficelle, et bien entendu vos documents d’identité.

Cette première liste est non-exhaustive, ou du moins, personnelle. Comme je l’ai déjà précisé, chacun jugera d’ajouter ou de soustraire ce que bon lui semble. Un tel préfèrera par exemple un smartphone haut de gamme plutôt que s’encombrer d’un appareil photo. Un autre ne jurera que par le gps à la place des topo-guides. Tout est question de choix et d’affinités.

Voilà, vous avez préparé tout ou en grande partie, votre matériel. Il faut maintenant faire le choix du sac à dos. Suffisamment grand pour contenir tout ce que vous aurez pris soin d’étaler devant vous, mais pas trop grand, d’une part pour ne pas être tenté de se charger inutilement, d’autre part simplement sur base du principe général (encore que discutable aussi): plus grand, plus lourd !

Il existe plusieurs types de sac à dos: avec ou sans armature, souple ou semi-rigide, avec différents systèmes d’ouverture, différentes possibilités d’accès, dos aéré, filet tendu, etc. Ça sera votre sac, votre compagnon de route qui ne devra jamais vous lâcher, et que vous aurez sur le dos durant tout votre périple: choisissez-le bien ! Testez-le, n’hésitez pas à demander à faire un essai en charge, prenez le temps de bien le régler, marchez avec, suffisamment longtemps pour vous rendre compte de son confort et de sa stabilité. Et surtout, ne vous précipitez pas: un sac à dos mal adapté est la cause de bien des soucis.

Afin de vous aider à visualiser plus concrètement une liste complète, je vous livre ci-dessous celle de mes choix. Chaque élément a été pensé et optimisé en fonction de mes avis, mes besoins et mes envies. Nous aurons l’occasion d’y revenir régulièrement au fil des articles à venir. N’hésitez donc pas à me poser des questions ou à me donner votre avis, je reste à votre entière disposition (peregrinos@voo.be). C’est ensemble que nous avancerons.

DénominationChoixSacMoi
Général
Sac à dosLowe Alp. Airzone Trek 45:551670
TenteFerrino Lightent 11431
Couchage
Matelas de solThermarest Z-lite sol recoupé225
Sac de couchageWarmth Boulder 450932
Sac en soieQuechua Mummy sarco113
Vêtements
ChaussuresSalomon X Ultra GTX840
ChaussettesForclaz 50029
Chaussettes
Forclaz 500 (2 paires)58
BoxerKalenji 70
BoxerKalenji 70
ShortArpenaz 500580
Pantalon shortableForclaz 100 Modul294
T-shirtTechWool Speed141
T-shirtTechWool Speed zip158
ChemiseArpenaz 500 Air163
PullInesis Merinos Thermo315
Veste pluieFrogg Toggs161
Pantalon pluieFrogg Toggs113
Coupe-ventHelium Wind Black Panther104
Veste froidForclaz 700 XXLight310
Tour de couMicrofibre ultra light28
GantsForclaz Wool True Black40
ChapeauCasquette + Bonnet83
Toilette
TrousseEagle Creek Pack-It44
Rasoir (+ lames)Shavette + lames37
After-shaveBay Rum56
Miroir20
SavonMarseille145
Brosse à dents12
DentifriceEchantillon23
DéoPierre d'alun78
EssuieQuechua rando105
Coupe-ongles20
Ciseaux14
Pince à épiler8
PQ15
Coton-tige18
Pharmacie
TasectanDiarhées, crampes, etc10
ParacétamolAnti-douleur et anti-fièvre16
MotiliumNausées2
Anti-histaminiqueAllergie et piqûre d'insecte10
Gel massageDécongestionnant pied80
DésinfectantFlapules isobétadine36
BandageAptonia autocollant28
Compresses4
Sparadrap3
Strip1
Compeed8
Crème ampoulesAnti-frottement type Nok83
Fil et aiguilleTraitement ampoule5
Chevillère3M Futuro90
Divers
PortefeuilleLafuma Vegas ripstop velcro48
TopoguideGuide RP51295
Petit essuieVIP Microfibre blanc38
Pinces à linge5 pces20
Epingles de sureté5 pces3
TasseMug Alu 300ml44
Eau complémentaireBouteille Platypus 1 litre25
CouteauOpinel Carbone n°730
Fourchette/CuillèreQuechua 10
Boules QuiesAlpine Sleep Soft+10
SandalesKarrimor530
Carnet + crayon82
CI, CB, Permis20
Crédanciale31
App. Photo + chargeurSony HX50323
TrépiedType Gorilla Pod G145
Gsm + chargeurSony Xperia E135
Corde3m coredelette 3mm32
Briquet10
Lampe frontaleGeonaute ON-Night88
BoussoleQuechua 10015
BesaceLafume Upney100
Sac complémentaireSac à dos pliable pocket Newfeel62
Consommables
EauBouteille 1,25 litre non remplie1000
Barre énergétiquePâte de fruit Optonia (5pcs)125
Pain200
Charcu/Fromage100
TOTAUX:100902230
Liste du matériel saison printemps/été.

Sac: éléments transportés dans le sac à dos
Moi: éléments portés sur moi (vêtements)

En vert: lien vers photo.

17 réflexions au sujet de « Intro au matos ! »

  1. Vaste débat que celui du matériel qui est avant tout personnel. Ce qui me convient ne convient pas spécialement à un(e) autre.
    Par exemple, je ne peux marcher qu’avec des chaussures hautes tiges pénalisées par leur poids supplémentaire mais qui préservent mes chevilles.
    C’est la précaution que je formule à toute les fois que l’on me demande des conseils sur le matériel à acquérir.
    Mais cette liste me parait très bien fournie à bien étudier pour les novices et ne pas hésiter à demander des conseils supplémentaires

    1. Bonjour Cyrille,

      Merci de lancer le débat ! 😉
      Comme tu le précises, et comme je le dis en début de cet article: vaste débat ! Tout est question de choix.

      Pour ma part, par exemple, du fait de ma configuration ligamentaire et tendineuse, je ne supporte pas les hautes-tiges. Mais il m’aura fallu douloureusement l’expérimenter pour l’apprendre.

      De même, pour le sac à dos, je préfère un filet tendu avec armature, un peu plus lourd, mais ô combien plus confortable à mes yeux.

      Et les discussions peuvent ainsi se poursuivre à l’infini, dans un esprit de partage d’expériences, de conseils et d’amélioration.

      Je ne suis certainement pas le mieux placé pour détailler les avantages et les inconvénients de chaque élément. Je me contente de mon humble expérience, au détriment peut-être des aspects techniques. Ça vaut ce que ça vaut, mais pour moi, ça le vaut bien ! lol

      A bientôt,

      Luc

  2. Merci pour cette liste que je suivrais quand sera venu mon heure de repartir, tu l’as deviné pour moi le matériel était loin d’être celui d’un expert !!

    1. Je suis loin d’être un expert également, mais j’ai eu la chance de pouvoir m’y consacrer pleinement pendant 8 mois. J’ai donc pu comparer, tester, me renseigner, m’informer, et finalement arrêter mes choix sur ce qui me semblait le meilleur à mes yeux. Mais cela reste des choix très personnels, chacun y va de sa touche et de ses affinités. Par exemple, certains ne jureront que par un gps à la place de guides, mais je préfère un support papier plutôt qu’un truc technologique, pour l’objet d’abord, même si c’est plus lourd, ensuite parce qu’on est tributaire d’une batterie et/ou cela est susceptible de tomber en panne. Mais c’est un choix personnel…

  3. Bonjour,

    Super votre site pour les conseils.
    Je n’ai pas encore tout lu mais cela nous donne vraiment l’envie de partir.
    Est-ce qu’il y a une partie dédié au budget que vous aviez pour la nourriture et le logis ?
    Vous avez pris beaucoup de photos, comment cela se passe en chemin pour recharger l’ appareil et décharger les photos ?

    Bon je continue ma lecture de votre Périple.

    Merci encore pour site

    1. Bonjour Didier,

      je te remercie pour ton commentaire qui me touche beaucoup.

      Le site est encore loin d’atteindre mes objectifs. J’aimerai y consacrer plus de temps, l’étoffer de conseils, de renseignements sur le matériel, les Chemins,de trucs et astuces. Pour l’heure, je me concentre sur le récit de mon premier pèlerinage, alors que le second ( de Liège à Reims) est déjà bouclé, et que le prochain se profile à l’horizon (en aout 2017, le Camino del Norte au départ de Hendaye).

      Ceci dit, je suis tout disposé à répondre à toutes les questions. N’hésitez pas à m’écrire…

      Concernant le budget, c’est très variable. D’une manière globale, il faut compter environ 35-40€/jour en France, et 20-25€/jour en Espagne (ces montants reprennent le logement et la nourriture au quotidien), pour autant que tu te contentes de gîtes municipaux ou de familles d’accueil, sans hôtels ni restaurants trop onéreux (surtout en France ! En Espagne, tu auras souvent l’albergue à 7-10€ et un resto avec menu pèlerin pour 10€).

      Pour les appareils électriques (smartphone, appareils photo, etc), tu as toujours la possibilité de les recharger durant la nuit dans ton lieuPS: de villégiature du jour. Concernant mon appareil photo (Sony HX50), j’avais néanmoins prévu une seconde batterie dans l’idée justement de ne jamais tomber en panne en cours de journée, mais je ne l’ai jamais utilisée. PS: J’ai pris environ 3300 photo, que tu peux retrouver sur mon compte Flickr

      A bientôt,

      Luc

      1. Bonjour Luc et Merci pour ta réponse.

        Je pense que je vais encore avoir des questions car je commence à récupérer ici et là des informations.
        Moi aussi, j’ai toujours voulu faire ce « Chemin » et arrivé à l’ approche de la cinquantaine, cela me pousse de plus en plus !!
        Bravo pour ton deuxième chemin de Liège à Reims, mais je pense que comparé au premier cela reste plus facile.
        Je vois que tu as attrapé le virus avec la préparation du troisième au mois d’aout !!
        Cela sera intéressant de voir l’évolution de la liste du matériel entre ton premier chemin et celui de cet été, l’expérience va parlé.
        Encore MERCI pour ton partage de tes informations et ta disponibilité.

        1. N’hésite pas à demander, et je te répondrai !
          Je le répète, si ce site n’est pas encore étoffé, c’est surtout par manque de temps, mais je suis tout à fait disposé à dispenser mon avis et mes conseils.

          Je ne peux que t’encourager à te lancer sur le Chemin. Cela faisait également pas mal d’années que ce rêve était ancré en moi. Qu’on y croit ou pas, il vient un jour où l’on ressent l’appel, et l’envie devient alors besoin irrépressible. Si tu en es à ce stade, c’est que le moment est venu: ne résiste pas !

          Liège – Reims fut de fait beaucoup plus court (environ 330 km), mais non moins éprouvant. J’ai parcouru exactement le même tracé que lors de mon premier périple, mais à une autre période (2015: départ le 15 mars, hiver, froid, gel, humidité – 2016: départ en juillet, été, chaleur, soleil, végétation), et ce fut paradoxalement plus difficile.

          Quant au virus, on en reparle quand tu reviendras de ton premier pèlerinage? Note bien que je dis volontairement « premier », car une fois que tu y auras goutté, nul doute que tu n’auras également qu’une seule envie, celle d’y retourner ! Et j’en suis là: je pense St Jacques au quotidien 😉

          Maintenant, je ne pense pas que le matériel évoluera fondamentalement. Je dirai prosaïquement qu’on ne change pas une équipe qui gagne 🙂 et j’ai été tellement satisfait de mes premiers choix, que je reprendrai certainement les mêmes effets. Peut-être un sac de couchage moins chaud, pas de tente (puisque je ne serai qu’en Espagne, où le bivouac est en principe interdit, et où le prix des albergues est très démocratique), probablement quelques « superflus » en moins, une pharmacie allégée.

          A bientôt,

          Luc

  4. Bonjour Luc,
    C’est encore moi, merci pour toutes tes réponse !!!
    Au niveau de la liste, Wilson n’apparait pas, pourtant il doit bien faire son poids ?
    C’est pas trop encombrant par rapport à un baton télescopique ?
    Sinon au niveau veste, je vois qu’il y a : 1 Veste de pluie, 1 Coupe vent et 1 Veste Froid, il est nécessaire d’avoir les trois ou il y a moyen d’optimiser ?
    Merci d’avance

    1. Bonjour Didier,

      Certes, tu peux toujours optimiser. Mais dans le cas des vestes, j’avais opté pour les 3 versions, chacune en ultralight.

      La veste de pluie, de la marque Frogg Toggs, est un fait une simple couche goretex ultralight, mais assez fragile. C’est pourquoi j’avais en parallèle un coupe-vent déperlant, qui me suffisait en cas de petit crachin. Quant à la veste de froid, je ne l’ai JAMAIS utilisée en journée (mais je marchais en printemps/été, même si les premières journées furent un peu fraîches). Tu n’as jamais froid en marchant (à moins qu’il gèle à pierre fendre)… Elle me servait uniquement lors de mes ballades en soirée, ou durant les longues veillées… Mais pareil, une doudoune ultralight de chez D4 !

      A refaire, je ne sais pas si je reprendrais une Frogg. L’avantage, c’est que j’avais veste et pantalon, en ULTRA ULTRA light, et j’ai croisé des canadiens qui ne juraient que par ça. Mais tellement light que trop fragile (usure, accroc, etc) et en définitive, pas forcément plus efficace qu’une veste type k-way (le côté respirant du goretex n’était pas super efficace). Et si je parle de k-way, c’est par opposition au coupe-vent déperlant, qui lui, justement, n’est que déperlant, et donc, ne suffira pas en cas de grosse averse !

      Ceci dit, en en reparlant, le Frogg, il était quand même super efficace même sous des trombes d’eau, et finalement, je me demande si je ne réinvestirai pas dans ce modèle (encore une fois, on ne change pas une équipe qui gagne 😉 )

      A bientôt,

      Luc

  5. Merci
    Et pour le bâton télescopique ou Wilson ?

    Oui je sais je pose trop de question!!!
    Dans la liste du matériel en photo, il y un réchaud Esbit mais pas dans la liste de matériel, du coup tu l’avais avec toi ?

    PS : Je ne sais pas si je dois poser mes questions ici ou directement par mail?

    1. Oups pardon, j’ai oublié de parler de mon fidèle compagnon. 🙁

      Wilson était aussi un choix. J’aime ce côté authentique, l’idée d’avoir été moi-même le sélectionner, l’avoir préparé (sécher, écorcer, poncer, teinter, huiler, corde, pointe, etc), et finalement, en faire le prolongement de mes gestes.

      C’est certes plus encombrant et plus lourd qu’un bâton télescopique, mais c’était aussi à mes yeux beaucoup plus sûr et rassurant. Je ne vais pas énumérer tous les avantages, mais en gros, d’une longueur mieux adaptée (la bonne taille étant qu’il t’arrive sous l’aisselle), je pouvais m’appuyer dessus pour me reposer, sonder le sol, prendre appui sans coup férir, même de l’autre côté d’un fossé, il pouvait le cas échéant servir de défense (chien, agression, etc. Dieu m’en préserve, je n’ai jamais eu à l’utiliser en ce sens !). Et côté poids, finalement, puisqu’il tapait le sol, il ne me paraissait finalement pas si lourd… Le seul inconvénient, si je devais en citer un, c’est que je devais l’avoir tout le temps en main (je ne savais pas le replier, et forcément, difficile de l’accrocher au sac). Mais bon, le cas échéant, je le glissais sous le bras ou l’accrochait à mon poignet à l’aide de la corde.

      Pour le réchaud Esbitt, je l’ai volontairement supprimé de la liste parce que… Je ne l’ai jamais utilisé ! Et arrivé à Limoges, je l’ai même renvoyer en Belgique par la poste.

      A bientôt,

      Luc

      PS: tu fais très bien de poser les questions ici, c’est grâce à cela et mes réponses que le débat est ouvert et que certains trouveront également écho à leurs interrogations.

  6. Bonjour Luc,

    C’est encore moi, je prépare de plus en plus ma liste de matériel et pour information, je n’ai pas trouvé a ce jour de liste aussi complète que la tienne c’est pourquoi je m’en inspire fortement.
    Mais, j’ai encore des questions :
    Au niveau de la Besace (Lafume Upney) et le sac complémentaire (Sac à dos pliable pocket Newfeel) a quoi cela sert ?

    Merci encore je suis impatient de lire la suite du récit

    Didier

    1. Bonjour Didier,

      Merci pour ton commentaire. Cela me fait plaisir d’apprendre que cette liste est au moins utile à quelqu’un 😉

      Concernant la besace, elle était accrochée à ma ceinture, et m’était très utile, je dirai même indispensable, car c’est là que je range mon mon portefeuille, mon téléphone et mon appareil photo. Ainsi, ces 3 éléments étaient toujours à portée de main. Cette besace a les deux systèmes d’attache: soit à la ceinture, comme je la portais en journée pendant que je marchais, soit avec une sangle, telle que je la portais en soirée (resto, bar, promenade, découverte de la ville, etc). Et la nuit, j’enroulais la sangle autour de la barre du lit, et je plaçais la besace sous mon coussin: ainsi, je l’avais toujours en sécurité près de moi !

      Quant au sac complémentaire, il s’agit d’un tout petit sac pliable en toile (qui se replie un peu comme un k-way): hyper léger, hyper compact, je le prenais avec moi pour aller faire les courses (ravitaillement, souper, etc), après avoir déposé mon sac à dos au gîte, ou en soirée, pour y mettre un pull, ma doudoune, ou quelques accessoires (pied de l’appareil photo, lampe frontale, etc).

      A bientôt, et n’hésite pas si tu as encore des questions… Je me prépare également à repartir en août 😉

      Luc

  7. Bonjour Luc et aux autres anciens ou futurs randonneurs/pèlerins.
    Je partage ton approche concernant le matos. Cependant j’ai abandonné les sacs à eau souples (type Camelbak) pour de simples bouteilles plastiques « jetables ». A la longue des impuretés et autres moisissures s’installent et donnent aussi un mauvais goût à l’eau. La bouteille jetable se remplace après quelques jours voire une semaine. Autre avantage on peut facilement contrôler la quantité d’eau ingurgitée car l’eau c’est la vie; il faut boire beaucoup pour éviter les coups de fatigue, les crampes et les tendinites. Un truc: boire assez bien le matin avant de partir: eau, café, thé, jus de fruit,…Chaque fois qu’on urine on boit ce que l’on a « éliminé ». Ne jamais attendre d’avoir soif…c’est presque trop tard. Prenez vos précautions avant d’arriver en ville, vous ne trouverez pas des WC partout.
    J’ai préféré des bâtons de marche emboîtable plutôt qu’un bâton en bois même fait maison. J’ai fixé des embouts en plastique dur antidérapants vendus chez D4 pour une certaine accroche et réduire le bruit du cliquetis que fait la pointe métallique sur l’asphalte.
    J’ai emballé mes affaires par thème: garde-robe, pharmacie, salle de bain, le un-peu-de-tout (chargeur smartphone, lampe frontale, pince à linge, …). Ceci dans des sacs en plastique ordinaire transparent assez épais, certains complètement hermétiques avec tirette de congélation. Encore une fois de façon à pouvoir les remplacer facilement en cours de route. Et en plus cela ne pèse rien.
    J’ai encore d’autres conseils pleins ma besace.
    Ultreia
    Christian

    1. Bonjour Christian, et merci pour votre témoignage.
      En cours de préparation du matériel et physique,
      je suis preneur te tous vos conseils de la besace 🙂🙂
      Didier

      1. Salut Didier
        Passe par mon adresse mail: christian.devulder@gmail.com
        Quand pars-tu? Où en es-tu dans tes préparatifs ? C’est ton premier pélerinage ?
        Tu partiras de toute façon avec pas mal de questions sans réponses. Tu trouveras une grande partie des réponses sur le Chemin. Tu verras, c’est une formidable expérience.
        Au plaisir de te lire.
        Bien à toi
        Christian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *