15/03/2015, jour 1: Grivegnée – Petit Berleur

Share Button

Dimanche 15 mars 2015. Le sac engoncé dans sa housse de protection, les chevillères bien serrées, chaussures scellées, et coupe-vent de rigueur, c’est sous un ciel plombé et avec près d’une heure de retard sur le départ tant attendu et programmé, que je claque enfin la porte de ma demeure.

Les premiers pas d’une aventure ne sont pas forcément les plus dures. Je ne suis pas encore seul, et moult conversations, boutades, et fous-rires, auront raison de mes premières émotions. La route en légère pente nous conduira jusqu’aux premiers contreforts du Sart-Tilman.  Et déjà la gare d’Angleur se profile, première balise officielle…

Je me suis tant entrainé sur ces sentiers. J’avancerai bien les yeux fermés. Je n’ai pas encore l’impression de partir. Au mieux, suis-je en conditions réelles, mais pas en pèlerinage. Trop de bruits, trop de rires, pas assez de profondeur dans nos propos. Alors que la lande de Streupas s’offre à moi, je contemple la vallée en contrebas. Il y a peu, j’admirai cette vue. Aujourd’hui, je la laisserai derrière moi pour plusieurs mois. Du moins, j’y crois! Mais pas encore de certitude: le Chemin voudra-t-il bien de moi ? Avance, ne te retourne pas…

Les kilomètres défilent, déjà plus de 2 heures que nous marchons. Le CHU pointe le bout de son nez. L’heure des adieux a sonné. Celle des larmes aussi… Je ne savais pas encore qu’il y en aura bien d’autres! On s’enlace, on s’embrasse, on a du mal à se lâcher, il faut se séparer. Pour eux, retour à la case départ. Pour moi ? L’inconnu des premiers jours, puis, si il le veut, l’accomplissement d’un rêve.

Il fait frais. La chaleur de leur présence fait maintenant place à la froideur de leur absence. Plus personne avec qui converser.  Mes yeux embués, j’avance à grandes enjambées, comme pour fuir cette vie, cette ville, ce monde. J’ai peur. Un étrange mélange d’angoisse et d’excitation. Et ces questions qui me taraudent depuis tant de mois. Suis-je suffisamment préparé? Ai-je pensé à tout ? Mes pieds ? Ma tête ? Mon moral ? La météo ? Les bivouacs ?

Le sous-bois fait place à d’interminables perspectives, à d’immenses paysages. Au détour d’un pré, un homme promène une jeune pouliche. Je ralentis, j’hésite. Il me fait signe de passer. Il est occupé à la sociabiliser. Première rencontre…

15 mars 2015. Les jours sont courts! Surpris par la nuit, je m’empresse de trouver un endroit où me poser. Ça sera aux abords d’un champ à l’entrée de Petit-Berleur. Protégé par quelques arbres encore squelettiques, je plante ma tente. Déjà, je me sens porté. J’ai hâte de me réveiller et d’avancer.

Retrouvez toutes les photos du jour 1

  Demain   

©  Luc BALTHASART, 01/09/2015

17 réflexions au sujet de « 15/03/2015, jour 1: Grivegnée – Petit Berleur »

    1. Merci pour le suivi et l’information.

      La vidéo avait effectivement un souci de visionnage sur téléphone portable, mais il semblerait que j’aie trouvé la solution… 😉

      A bientôt,
      Luc

      1. Quel travail cela doit vous donner pour nous faire plaisir !
        Merci
        Je ne connais pas la Belgique
        J’attends d’autres vidéos
        Bon courage et encore merci

        1. Cela demande effectivement quelques heures.Pour ce premier « film », j’ai mis à peu près 15h. Mais c’était le premier, et je devais tout apprendre, de l’utilisation de Google Earth aux fonctionnalités du programme de montage vidéo en passant par la recherche de bandes sonores. Le suivant sera certainement plus rapide à produire.. Le tout étant justement de « trouver » le temps ! 😉

          Mais je trouve ma motivation et ma satisfaction dans le fait que cela vous fait plaisir 😉

  1. Super cette façon de nous montrer ton parcours.
    J’ai vu il y à quelques mois tes étapes, j’aurais plaisir à les revoir
    A bientôt.
    Claudine

    1. Bonjour Claudine,

      Que ça soit par les mots ou en vidéo, l’idée est toujours la même: vous faire partager au mieux ce que j’ai vécu.

      Si mon récit me permet de vous décrire les rencontres et mes ressentis, par ces films, vous pouvez maintenant vous faire une idée réelle des paysages traversés, avec parfois cette impression de tour et de détour, de solitude lors des longues traversées de forêt, des vues splendides, ce contact permanent avec notre terre, et sa découverte jour après jour.

      A bientôt,
      Luc

  2. salut Luc,

    que dire d’autres que tu fais du beau boulot car après la lecture, voici la vidéo nous montrant le début de ton parcours.
    à bientot

    Philibert 🙂

    1. Merci Phili-ppe/bert 😉

      Je trouve ma motivation dans des réactions telles que la tienne. En effet, à quoi bon montrer et raconter si derrière, il n’y a pas des personnes comme toi, avide et enthousiaste d’avoir la suite, ou de découvrir mes nouvelles idées saugrenues 😉

      Et quand tu parles de « boulot », tu ne crois pas si bien dire. Je m’investis sans compter: le récit d’une journée me demande du calme et de la concentration, quant à ce premier film, il m’aura fallu pas moins de 15 heures de travail. Mais bon, gageons que c’était le premier, que j’ai du tout apprendre, et que les suivants se feront plus rapidement.

      A bientôt,
      Luc

    1. Effectivement, c’est du boulot. 😉

      Comme je le précise dans une autre réponse, j’ai mis environ 15h pour ce premier film de 4 minutes et 50 secondes! Mais c’était aussi le premier: j’ai du apprendre à maîtriser les logiciels, et faire pas mal d’essais avant d’obtenir un résultat cohérent. Même si il y a toujours moyen de faire mieux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *